Nos Champs d'interventions

INSERTION ET CITOYENNETE

Insérer les jeunes dans des dispositifs adaptés et les accompagner devenir des citoyens à part entière.



280886856 1953448724865448 8275781080577525853 n
Insertion et citoyenneté

La clinique du vélo

Faire de cette initiative un levier efficace d’insertion sociale et professionnelle pour des personnes vulnérables à employabilité du douaisis

Le service de Prévention Spécialisée du territoire du Cœur d’Ostrevent bénéficie d’un outil « Atelier Vélo » depuis de nombreuses années. Ce support, basé à Péquencourt/Sin Le Noble pour l’atelier, et à Masny pour le magasin, est centré sur le concept de l’économie circulaire ainsi que sur l’économie sociale et solidaire avec une action autour de la question et du développement de la mobilité douce. Depuis début 2022, l’atelier s’est développé en ACI “Atelier Chantier d’Insertion”.

Ce nouvel outil répond à un besoin identifié par les éducateurs de prévention spécialisée et leurs partenaires, qui observent le besoin d’un espace adapté, en amont de la mise à l’emploi, pour certains jeunes âgés de 17 à 26 ans, éloignés des dispositifs d’insertion professionnelle. La clinique du vélo emploie 8 jeunes en contrat CDDI depuis février 2022.

L’offre de service de l’Atelier Du Vélo se décline de la manière suivante :

  • Récupération, tri et réparation de vélos initialement destinés au rebut
  • Mise à la vente ou la location des cycles remis en état
  • Entretiens de vélos de particuliers (à l’atelier et ou à domicile)
  • Animations mécanique vélo et sensibilisation au recyclage et à la pratique du vélo en dehors des murs (notamment dans les établissements scolaires, et au sein de la communauté de communes du douaisis)
  • Mécanique du cycle : diagnostic de la panne, identification des pièces et de l’outillage appropriés, démontage/ remontage, contrôle des points de sécurité
Le restaurant d’application

Engagé pour l’avenir des jeunes en soutenant leur formation Chapeau :

Depuis maintenant trois ans, Yamina gère le restaurant associatif du Gîte. Ce dernier propose une variété d’entrées, plats et desserts aux goûts de tous. Ces délicieux plats sont préparés par des jeunes chefs cuisto’ avec beaucoup de bienveillance, le tout dans une démarche éducative. L’éducatrice technique apprend aux jeunes venant de différents services à cuisiner mais également à assurer le service du restaurant. 

Dans le cadre de sa mission, Yamina transmet aux jeunes la valeur du métier, le respect de la cuisine mais surtout le fait d’être à l’aise dans ce que l’on fait. Il y a une réelle transmission de valeur également comme la solidarité et l’investissement. La cuisine du restaurant devient un véritable espace d’échange, de rencontre et d’activité dans lequel se tisse un lien porteur pour les jeunes.

« Des jeunes reviennent parce qu’ils en ont envie ».

Le principal défi pour Yamina réside dans le fait de comprendre le jeune, car c’est le comportement de ce dernier qui guide celui de Yamina. Le travail éducatif se caractérise par l’adaptabilité de l’un à l’autre. Ceci nécessite de la patience, car tous les jeunes ne sont pas prêts. Mais ces derniers constituent la seule priorité pour Yamina.

 « Je fonctionne de la manière suivante : Faire, faire avec, puis laisser faire »

Par ailleurs, les temps de travail en cuisine constituent de véritables moments d’échanges dans lesquels les jeunes se confient, écoutent de la musique, se détendent et dansent. Les jeunes sentent ce lien de confiance et par conséquent s’investissent au-delà des attentes. La cuisine ne nécessite pas forcément de communication orale, ce qui permet à tous les jeunes de s’adapter à cette nouvelle activité.

« Les jeunes excellent, ils prennent mon relais lorsque je ne peux pas assurer une tâche »

En plus de constituer un support éducatif, le restaurant associatif se révèle être acteur principal dans la réinsertion professionnelle mais aussi dans la réinsertion sociale, c’est le cas de l’évolution marquante de Léa.

Léa est arrivée au restaurant pour la première fois il y a bientôt deux ans. Etant très timide et réservée, elle ne voulait pas travailler en salle. Maintenant, c’est tout autre chose, Léa assure le service en salle comme une pro. Elle nous raconte son quotidien au restaurant :

« J’arrive au restaurant vers 8h30, j’enfile ma blouse et ma charlotte et je bois mon chocolat chaud. Ensuite vers 9/10h je coupe les légumes. De temps en temps je prépare aussi les assiettes pour le service du midi ».

Léa commence un CAP cuisine en septembre prochain, cette belle expérience au Gîte lui a permis de vaincre sa timidité, de lui redonner le goût pour la cuisine, mais surtout l’envie de reprendre les études.

img 0442